La peur

Je meurs de frousse.

Devant l’inconnu, la perte de contrôle, la projection d’une douleur potentielle, l’idée de laisser mes barrières s’abaisser. Dès que je m’éloigne du chemin tracé et des conventions, je ressens très vite une sourde pression dans ma poitrine. J’entends la petite voix, grinçante, se réveiller et chuchoter près de mon oreille « oh oh mais que fais-tu ? Quelle idée saugrenue, tout de même… Cela ne serait-ce pas mieux de rester dans ce que tu connais et maîtrises si bien ? Ce quotidien dont tu connais par coeur les moindres recoins ?« .

Des fois, je réussis à la museler et elle finit par se rendormir. Doucement. Je sais bien en réalité qu’il ne s’agit que d’un sommeil factice, qu’un vacillement de ma part la secouera et l’extirpera de nouveau de ses songes. Ses dents longues rayeront la terre et viendront se planter sans délicatesse dans la peau de ma poitrine et de ma gorge, me couperont presque la respiration sans que je ne puisse rien y faire.

Il semblerait que cela soit le jeu. Face à la peur. Des fois, je perds. D’autres moments, je claque un échec et mat.

Je ne réalise que rarement sur l’instant ce qu’il vient de se passer. Mais bien des jours et des mois plus tard. Lorsque je me retourne, un peu étonnée de me sentir si solide et si différente de celle que j’ai été.

Mes paris insensés ont au final porté leurs fruits, cette déchirure que j’imaginais n’est en réalité pas une porte qui se ferme mais un chemin qui s’ouvre. Qu’en dépassant cette peur lancinante, en m’affranchissant de ces angoisses qui me poursuivent à toute heure du jour et de la nuit, en affrontant mon regard dans le miroir, en m’ouvrant à celui des autres, en verbalisant mes envies, mes émotions, mon amour, ma rage et ma colère, ma joie, la peur disparaît. Rapidement. En un souffle. Elle s’efface pour ne laisser que de l’étonnement devant cette audace démontrée. Cette volonté plus forte que les abysses.

Derrière chaque peur se trouve le courage : il suffit juste de casser la coquille pour permettre à ce dernier d’éclore.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s