Remerciements

Chères lectrices, chers lecteurs,

A plusieurs reprises, vous avez retrouvé dans certaines chroniques cette phrase « je rallonge la liste des personnes qui me veulent du mal ». Au départ placé pour la beauté et l’humour de la formule, je me suis aperçue qu’effectivement, certaines personnes commençaient à conspuer mes textes, sur le fond et/ou la forme… Et souhaitaient m’en faire part.

Que je les connaisse ou non. Qu’ils se sentent visés par des exemples et tentent de se justifier. De m’accabler un chouïa, de m’inciter à être modérée ou carrément à me réduire au silence en bonne et due forme.

« Plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui » disait Oscar Wilde.
La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde et nos goûts diffèrent. Ma représentation de l’abomination reste les Buffalo, chaussures pourtant vendues à la pelle. Que vous pouvez arborer ou conspuer également : c’est cela la magie de la vie. Nous ne pouvons pas être d’accord sur tout.
Il y aura toujours des personnes pour me dire que j’écris mal, que je suis une incapable doublée d’une haineuse pathétique, que je ne suis pas drôle, que je suis ridicule de m’exposer de la sorte.
Mais si je fais rire et réfléchir une personne sur terre, soyez persuadés que je continuerai d’écrire.

Quant à vous, détractrices et détracteurs, me lire peut vous occuper dans un but cathartique. Je vous épargne peut-être un ulcère, qui sait. Je ne vous demanderai pas de me remercier car, en toute franchise, vous m’apportez bien plus que l’inverse.

Car oui, je suis ravie de vous dire que je vois clair dans votre jeu. La litote, l’antiphrase, l’hyperbole je connais. C’est un peu ma passion. Mes figures de style de prédilection.

Franchement, merci. C’est presque la larmichette au coin de l’oeil que je vous écris cette chronique. Mon coeur déborde de gratitude.

Merci de venir sur mon blog et de lire toutes mes chroniques alors que je ne viens pas vous agiter le lien sous le nez, un flingue sur la tempe. Votre intérêt constant me touche.

Merci de ressentir à la lecture de mes textes : cela sous-entend que ma prose est pertinente si cela vous fait réagir, sans que je ne vous vise spécifiquement. Un beau travail sur vous même vous attend, vos émotions vous appartenant.

Merci de cracher votre vomi derrière vos écrans de téléphone, en long, en large et en travers. Vous gaspillez votre énergie pour quelqu’un qui n’en vaut à priori pas la peine… Je suis flattée. Je ne consacre pas, pour ma part, du temps aux personnes qui m’ennuient ou m’indiffèrent, uniquement aux individus que j’apprécie et j’estime. Vous devez donc m’adorer inconsciemment. Ou m’envier. Il ne faut pas franchement. Je suis juste quelqu’un de normal, banal : mes proches peuvent en témoigner (et vous confirmer que je suis assez fatigante au quotidien).

Merci de faire grimper mes statistiques. Tout le temps où vous élaborez des phrases haineuses, où vous grognonnez dans votre coin, reste des moments où vous ne créez pas vous-même, rendant le marché moins concurrentiel. Vous me rendez presque service.
Pendant ce temps-là, je pioche par ci par là deux trois conseils pertinents et je continue d’avancer. De m’améliorer.

Merci pour ces tips qui me poussent, en soit, à casser encore plus la baraque.

Si je tape le Pulitzer ou l’Olympia, ça sera grâce à vous. Et lorsque je tirerai ma révérence, je le ferai avec gaité et reconnaissance.

Avec tout mon amour,

La Grande Brune.

2 commentaires sur “Remerciements

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s